La première mention de Chesny, alors "Chenney", apparaît en 1269. La seigneurie appartient au XVIIème siècle à la famille Auburtin (Nicolas d’Auburtin, Conseiller au Parlement de Metz, était seigneur de Chesny), dont on peut voir le blason en pierre et les armoiries sur la tour de la ferme seigneuriale.
Aux abords du village, en pleine forêt, se trouve un fort militaire construit en 1911 dans le but de consolider la défense de Metz.

Patrimoine à découvrir

  • Tour ronde d'un château du XVIème siècle avec le blason en pierre des Auburtin
  • Ouvrage d'infanterie de Chesny de 1911
  • Église néo-romane Saint-Nicolas de 1852



Jeu estival 2021 : Souvenir de jeunesse : les familles canadiennes de Chesny

Rencontre avec Mme Christiane Léonard, Ambassadrice de Chesny.



Vers la fin des années 50, dans le cadre de l’OTAN, plusieurs familles de militaires d’origine canadienne ont posé leurs valises dans le village de Chesny. Au nombre de 24, ces nouveaux résidents ont fait partie de la vie du village et ont représenté pour moi une partie de ma jeunesse.

 

Parmi eux, je me souviens bien d’une famille en particulier : les Leuszler. Ils avaient 3 filles et 2 garçons. La plus grande des filles, qui avait à peu près le même âge que moi (environ 13 ans), s’appelait Frances.

J’étais contente car à l’époque, j’aimais l’anglais et le fait qu’il y ait une famille canadienne anglophone m’a beaucoup conforté dans mon idée de devenir professeur d’anglais pour la suite de ma carrière ! Mis à part cette petite anecdote, je me suis beaucoup intéressée à cette famille, à ses traditions, à son mode de vie. 

 

Ils habitaient dans un village nommé « Maple Leaf Village » (= le village de la feuille d’érable, emblème national du Canada). Le chalet qu’ils occupaient, le deuxième en sortant du village, était confortable et convivial.

 

La mère de famille était une femme surprenante. Winnie était une dame très sportive qui a accompli plusieurs exploits sportifs. Mais le plus important fut celui d’avoir été la première canadienne à avoir traversé la Manche à la nage.

 

Lorsqu’ils partaient du village, c’était pour rejoindre le quartier général de la 1ère division aérienne canadienne situé au Château de Mercy.

 

J’en garde un excellent souvenir. En y repensant bien, les Leuzsler comme les autres familles de la communauté avaient leur propre mode de vie, de la façon dont ils s’habillaient très à l’américaine à la façon qu’ils utilisaient pour se déplacer avec leurs gros bolides !

 

Après 5 ou 6 années passées à nos côtés et la dissolution des forces canadiennes en France prononcée par le Général De Gaulle, mon amie Frances ainsi que sa famille ont déménagé en Allemagne et sont finalement retournés peu de temps après au Canada.

Avant de quitter le sol européen, Frances est revenue me voir une dernière fois. Depuis ce temps, nous ne nous sommes plus jamais revues mais nous nous écrivons régulièrement et j’ai bon espoir d’aller lui rendre visite chez elle au Canada dans les années à venir !