A l'origine, le village n'était composé que d'une ou deux fermes dédiées à la culture des vignes plantées sur la colline du Mont Saint-Quentin par des légions romaines.
Composée de deux parties séparées par la Moselle, Longeville s’est progressivement urbanisée après la défaite de 1870. A l'ouest se tient le village datant de l'époque gallo-romaine, ville longeant le flanc du Saint-Quentin. A l'est se déploie l'île Saint-Symphorien avec le parc du Grand Patural, le plan d'eau aménagé en base nautique et le bras mort de la Moselle.

Patrimoine à découvrir

Sites et monuments :

  • Le donjon des Gournay, une des plus anciennes constructions de Longeville-lès-Metz
  • L'église Saint-Quentin, de style néo-gothique français, construite en 1867
  • L'église Saint-Symphorien
  • Le temple protestant
  • Le boulevard Saint-Symphorien planté de magnifiques Ginkgo Biloba


Promenades et espaces verts :



Jeu estival 2021 : Autrefois, Longeville-lès-Metz aussi produisait son vin !

Rencontre avec M. Gérald Vernhes, Ambassadeur de Longeville-lès-Metz.


Longeville... très vieux village nommé par les envahisseurs romains au début de notre ère VILLA LONGA; c'est-à-dire ferme, métairie étendue. Étendu car coincé entre l'actuel mont Saint-Quentin et la Moselle.

À cette époque, le Mont Saint-Quentin était appelé TIGNIMONS (mont des charpentes). La Moselle était déjà séparée en deux bras formant l'actuelle Île Saint-Symphorien. Le bras droit de la Moselle se serait développée seule, le bras gauche périclitant. On appelle ce dernier « le bras mort » ou « les vieilles eaux». Le vieux pont de Moulins-Lès-Metz, planté actuellement en plein champ en témoigne.

 

Quelles étaient, jadis, les occupations des Longevillois ?

Certes, de l'agriculture, de la pêche dans la Moselle (les habitants de Scy-Chazelles appelaient d'ailleurs ironiquement les Longevillois: « les pêcheurs d'ablettes ») mais surtout de la vigne, laquelle couvrait le Saint-Quentin sur près de 75 hectares et ce, du IlIème siècle à près de la moitié du XXème siècle.

 

Le Mont Saint-Quentin, actuellement poumon vert de la métropole, était un vaste vignoble, propriété de riches familles et de communautés religieuses de Metz. Les Longevillois en étaient les « vinitores » (les ouvriers viticoles). En haut du chemin des vignes en témoigne encore une imposante borne surmontée d’un crucifix: lacroix de l'Hôpital, qui marquait la limite de propriété de la parcelle de vignoble de l'hôpital Saint-Nicolasde Metz.

Le vin tiré du premier jus à faible pression fermentait naturellement, se prêtait à la champagnisation et était exporté en Europe et aux États-Unis ! Le second jus, à plus forte pression, donnait le vin rouge lorrain également apprécié. La dernière guerre, le phylloxera, l'essor de la Champagne auront raison du vignoble qui malgré tout, renaît timidement.

 

Le promeneur pourra le vérifier en s'aventurant rue des Vignes, sur le chemin des vignes jusqu'à atteindre la croix de l'Hôpital. De là, il pourra emprunter l'étroit sentier ombragé qui le mènera sur le chemin des cent livres où il découvrira le jeune vignoble du château de Vaux. Il bouclera son parcours en poussant jusqu'à la croix du gibet, Scy-Chazelles et retrouvera le bas de la rue des Vignes en descendant par la route de Scy-Chazelles  qui lui offrira, en prime, une belle vue sur la Ville de Metz.