En 621, l'évêque de Metz, saint Pappole, construit une villa appelée Pappoli-Villa, origine du nom de Plappeville.
Aux XVIème et XVIIème siècles, le village est réputé pour ses faits de sorcellerie. A la croix Cueillat, quatre majestueux tilleuls rappellent l'endroit où l'on brûlait les sorcières.
Devenue banlieue résidentielle sur les pentes du Mont Saint-Quentin, la commune a su préserver son riche patrimoine : château de Tignomont (ancienne maison forte du chapitre de la cathédrale), mairie (ancienne demeure du Comte d'Arros), résidence d'été des notables messins des XVIIIème et XIXème siècles, maisons de vignerons, lavoirs, fontaines, calvaires…

Patrimoine à découvrir




Jeu estival 2021 : Les sorcières de Plappeville

Rencontre avec M. Yvette Illy, Ambassadrice de Plappeville.



Au 16e/début 17siècle, la vie à Plappeville est très dure, les gens très pauvres, peu instruits. La plupart ne savent ni lire, ni écrire, On croit aux maléfices, aux jeteurs de sort, à la sorcellerie. La mort d’un enfant, une vache qui ne donne plus de lait, une récolte perdue, tout est bon pour les accuser.


Ce village, figure parmi les cités qui ont payé le plus lourd tribut à la chasse aux sorcières. Au cours des seuls mois d’août et septembre 1588, les seigneurs abbés de l’abbaye de Saint-Symphorien, hauts, moyens et bas justiciers, envoient au bûcher vingt-cinq habitants de Plappeville et Tignomont ; huit cinq ans plus tard. 

Parmi de nombreux procès celui de Briatte Gravelotte. Elle revenait des champs trempés. On l’a vu déguenillée devant la cheminée alors, on dit qu’elle était avec le diable. 


Sur la côte au-dessus de Tignomont, au lieu appelé « Croix Cueillat », quatre majestueux tilleuls rappellent l’emplacement où elles étaient brûlées. On y a érigé une croix en expiation. À cet endroit, à part du lierre, il n’y a toujours rien qui pousse ! En 1868, lors de la construction du fort de Plappeville par les français, M. Viansson Maire de Plappeville, fait déplacer la croix pour la mettre au cimetière. Pendant l’Annexion, les Allemands ont respecté les lieux ; une levée de terre contourne l’endroit.

 

À savoir : on disait que les sorcières allaient au sabbat à la source des Marivaux.