Rozérieulles est un ancien village de vignerons sur la voie romaine de Verdun à Metz.
Au Moyen- ge, elle dépend de l'ancien Pays Messin. Les familles messines y possèdent alors d'importants domaines.
La proximité du fort Jeanne d'Arc a fait subir au village des dommages collatéraux importants, notamment lors des bombardements alliés de 1944. Cependant, quelques monuments, telle l'église Saint-Rémi du XIIIe siècle, ont été épargnés. Un cimetière franco-allemand a aussi été implanté.

Patrimoine à découvrir

  • L'église Saint-Rémi des XIIIème-XVème siècles
  • Les anciennes maisons de vignerons
  • Les restes des fortifications
  • Les lieux dits Fosses Machot et Purgatoire
  • La façade de la chapelle romane (XIIème) du prieuré
  • Le cimetière militaire franco-allemand
  • Le site des Tilleuls

Jeu estival 2021 : La clé salvatrice !

Rencontre avec Mme Anne Veutin, Ambassadeur de Rozérieulles.




C’était en novembre 1944, le général John Elmer Loomis de la 95ème division d’Infanterie qui libérera Metz, était sur la colline qui surplombe Rozérieulles depuis quatre jours avec sa division et les Allemands s’étaient placés derrière eux pour les bloquer. Ils étaient environ une centaine d’hommes pour participer à l’attaque.

 

Affamé, John Elmer Loomis s'est dit qu'il pourrait trouver quelque chose au village. Avec son ami James Varner, (tout deux 20 ans à l'époque), ils descendent de la colline en traversant les vergers. Quand ils arrivent dans la rue principale de Rozérieulles, les deux soldats contrôlent chaque maison pour tenter d'y trouver quelque chose. En vain. Finalement, arrivés devant ce que ils pensaient être la mairie, John Elmer Loomis tourne une clé qui se trouvait dans la serrure et la porte s'ouvra. Il a alors remis cette clé dans sa poche. Des cartes de rationnement et des cartons de lait jonchaient le sol. Mais, dans cette maison en désordre, les 2 soldats découvrent une bouteille de vin et un pot de sauce tomate. « On les a pris, John a mis la clé dans sa poche et en repartant sur notre colline, on a ramassé des pommes. Quand nous avons rejoint notre division, on a fait un festin. »


D'une poche de pantalon, la clé de la mairie de Rozérieulles a rejoint le paquetage du vétéran américain quand il est reparti chez lui, en Californie, via l'Angleterre où il avait été hospitalisé. Elle a même vogué à bord du Queen Mary! 

C'est finalement à Fresno, en Californie, qu'elle a élu domicile, sur le bureau de John Elmer Loomis, devenu avocat. En la regardant pendant des années, il pensait à Rozérieulles et à ce jour où il l'avait prise, il pensait à ses camarades et combien il était chanceux d'être en vie. 

Sur les 200 hommes de sa division, une soixantaine sont morts dans le secteur. Quinze jours seulement après l’épisode de la clé, son ami James Varner a été touché à la tête  par un sniper allemand.


 

« Quand je suis venu avec ma femme pour le 50ème anniversaire de la libération, je n'ai pas eu envie de rendre cette clé ». Mais ses jours étant désormais comptés, il voulait savoir dans quelles mains elle irait. » C'est donc accompagné par son petit-fils que John Elmer Loomis est venu en mairie, en juillet 2013, rendre cette clé empruntée 69 ans plus tôt et qui lui a peut-être sauvé la vie.