Au XIIème siècle, Saulny est un village organisé où la vie est agréable et où la terre est fertile.
Jusque-là terre vinicole, la commune tend à la fin du XVIIIème siècle vers l'artisanat, sans doute en raison de la proximité des garnisons messines.
Victime de nombreuses attaques, Saulny a été un sujet de litige entre la France, Metz et le Duché de Lorraine. Du XIIIème siècle subsiste aujourd'hui le mur d'enceinte de l'église, construite elle au XVème siècle.

Des sentiers de randonnée permettent de profiter d'un très beau panorama sur la vallée de la Moselle.

Patrimoine à découvrir



Jeu estival 2021 : Les 3 cafés de Saulny, retour en 1960...

Rencontre avec M. Christian Chilla, Ambassadeur de Saulny.



En 1960, il y avait 3 cafés à Saulny. Le premier, installé au 3 rue de Briey, du nom de « Café de la Jeune Lorraine » et tenu par Madame Germaine Domange, était également le siège de la Société de musique locale.  C’était le lieu de réunion des joueurs de cartes et  le lieu de détente des villageois car il possédait une salle de danse que tous les orchestres de l’époque fréquentaient ainsi qu’un jeu de quilles. Deux fois par mois le dimanche après-midi, la salle de danse se transformait en cinéma (100 francs le prix d’entrée), ce qui était très apprécié à l’époque car les divertissements étaient rares.

 

Le deuxième café, au 1 rue de Briey, tenu longtemps par Madame Simone Roser, existe toujours sous le nom de « Filajoé ». Equipé d’un baby-foot, de flippers et de jukebox, c’était le café des jeunes. Ce fut le premier café à posséder une télévision dont profitaient les clients. Cet établissement proposait également un jeu de quilles, très demandé le week-end avec de temps en temps des concours. 

 

Le troisième, « Le Café des Amis » au 5 rue de Metz, est actuellement occupé par un magasin d’informatique. Il était tenu par Madame Gélinet dit « Nini ». La clientèle, essentiellement des anciens et joueurs de carte, pouvait profiter d’un jeu de boules, bien fréquenté l’été principalement.

 

Le dimanche, après la messe, la tradition voulait que les hommes du village fassent la tournée des cafés pour l’apéritif, en commençant chez Germaine, puis Simone et finissait au « Café des Amis »… Chez Nini !

 

À savoir : le village, à cette époque, disposait de deux épiceries dont une qui faisait office de cabine téléphonique.